La famille de Médicis

La famille florentine des Médicis est devenue au cours de la Renaissance Italienne (entre le XVème et le XVIème siècle) l’une des familles les plus puissantes et les plus influentes de Florence, d’Italie et même d’Europe.

Les origines

Les origines des Médicis sont assez obscures. Par exemple, le plus lointain ancêtre aurait été médecin. D’où le nom de Médicis et l’emblème familial formé de trois anneaux entrelacés qui ressemblent à des pilules médicales. Mais il semble plus vraisemblable que celui-ci eut été apothicaire. Au XIIIème siècle, la famille immigre de Mugello pour venir s’installer à Florence et ainsi profiter de l’expansion économique de la „République des Fleurs“. En 1397, Jean de Médicis (Giovanni di Bicci) fonde la banque des Médicis, qui deviendra l’une des plus importantes d’Italie et même d’Europe avec au total dix filiales installées à Rome, Venise, Naples, Pise, Avignon, Lyon, Bruges et Londres. L’activité bancaire sera la base de la puissance financière de la famille et lui permettra d’étendre son influence. Giovanni diversifie également ses activités en achetant deux ateliers de laine, industrie dominante de Florence à l’époque. Toutefois, ce n’est qu’au XVème siècle, avec Côme de Médicis (Côme l’Ancien), que débutera réellement la dynastie.

L’influence des Médicis

D’abord constituée de simples commerçants devenus banquiers, la famille des Médicis va diriger la ville de Florence et étendre son influence dans de nombreux domaines, notamment artistiques. Les Médicis sont particulièrement connus pour avoir été une famille de mécènes. A commencer par Côme de Médicis qui protégea les humanistes, les artistes et les savants. Son petit-fils, Laurent de Médicis (le Magnifique), fera de Florence le centre artistique et intellectuel de l’Europe et soutiendra lui aussi de grand artistes, comme Léonard de Vinci, Botticelli ou encore Michel-Ange. La famille Médicis engendrera deux papes (Giovanni Médicis sous le nom de Léon X et Jules de Médicis sous le nom de Clément VII), ainsi que deux reines (Catherine de Médicis épouse d’Henri II et Marie de Médicis épouse d’Henri IV). Anne-Marie Louise de Médicis, dernière survivante de la maison, léguera toute la collection familiale à Florence.

Image: nenne – Fotolia

Wir benutzen Cookies um die Nutzerfreundlichkeit der Webseite zu verbessen. Durch Deinen Besuch stimmst Du dem zu.